Jean Rostand

Enfant intérieur-libre-mémoires-prénatales-naissance-enfance-paris

Accompagner les âmes sans les conformer

Les enrichir sans les endoctriner

Les aimer sans les enrôler

Leur communiquer une force

Dont ils puissent faire leur force

Les séduire par le vrai

Pour les amener à leur propre vérité

Et leur donner le meilleur de soi

Sans attendre ce salaire

Qu’est la ressemblance.

Millepertuis

 

millepertuis-thérapies-globales-massage-breuss-paris-Ameyo-MALMHypericum perforatum – hypericacée – Herbe de St Jean – Herbe aux piqûres Chasse diables – (Fuga doemonium) – Prozac naturel – Herbe aux mille trous – Herbe percée.

Le millepertuis est une jolie plante vivace aux fleurs jaune d’or qui pousse sur les bords des chemins et dans les prés ensoleillés. Au moyen âge, les doctes savants lui avaient donné le nom de Fuga doemonium ( chasse diable) parce qu’ils lui attribuaient le pouvoir d’éloigner les esprits diaboliques ainsi que les sorcières (et aussi le mauvais temps). Or au Moyen Âge, la dépression et les autres troubles mentaux étaient considérés comme des formes de possession diabolique.

Le millepertuis est utilisé pour ses propriétés thérapeutiques depuis plus de 3000 ans.

Il a d’abord été employé en usage externe pour la guérison des plaies. Puis, et des écrits de Dioscoride,  Galien, Pline l’Ancien, Hippocrate et bien plus tard de Paracelse l’attestent usages externes et usages internes sont en vogue : le baume et l’huile de milleprtuis sont utilisés pour le traitement des brûlures  ou des morsures de sepents venimeux, et le traitement des plaies.

Enfin, pendant des siècles, des médicaments à base de millepertuis, ont été utilisés pour le traitement de la névralgie du sciatique, de l’énurésie, de la dépression, de l’insomnie, et des troubles de l’humeur associés à la ménopause.