LE MOUTON NOIR DE LA FAMILLE

  Les soi-disant « moutons noirs » de la famille sont en fait des chercheurs de chemins de libération pour l’arbre généalogique.

Les membres de l’arbre qui ne s’adaptent pas aux normes ou aux traditions du système familial, ceux qui, depuis tout petits, cherchaient constamment à révolutionner les croyances, allant à l’encontre des chemins marqués par les traditions familiales, ceux-là, critiqués, jugés et même rejetés, sont généralement des appels à libérer l’arbre d’histoires répétitives qui ont frustrés des générations entières.

Les « brebis noires », celles qui ne s’adaptent pas, celles qui crient leur rébellion , jouent un rôle de base dans chaque système familial, elles réparent, désintoxiquent et créent une nouvelle branche pleine de fleurs dans l’arbre généalogique.

Grâce à ces membres, nos arbres renouvellent leurs racines. Sa rébellion est terre fertile, sa folie est eau qui nourrit, son entêtement est air nouveau, sa passion est le feu qui rallume le cœur des ancêtres.

D’innombrables désirs réprimés, de rêves non réalisés, de talents frustrés de nos ancêtres se manifestent dans la rébellion de ces moutons noirs cherchant à se réaliser.

L’arbre généalogique, par inertie, veut continuer à maintenir le cours castrateur et toxique de son tronc, ce qui rend la tâche de nos brebis difficile et conflictuelle.

Mais qui apporterait de nouvelles fleurs à notre arbre, sinon elles ? Qui créerait de nouvelles branches ? Sans elles, les rêves non réalisés de ceux qui soutiennent l’arbre des générations en arrière seraient enterrés sous leurs propres racines.

Que personne ne te fasse douter, soigne ta « rareté » comme la fleur la plus précieuse de ton arbre. Tu es le rêve réalisé de tous tes ancêtre.

Bert Hellinger.
Traduit de : L’espagnol

Merci à Franck Zebre pour ce texte et à Femme sacré Divina

Millepertuis

 

millepertuis-thérapies-globales-massage-breuss-paris-Ameyo-MALMHypericum perforatum – hypericacée – Herbe de St Jean – Herbe aux piqûres Chasse diables – (Fuga doemonium) – Prozac naturel – Herbe aux mille trous – Herbe percée.

Le millepertuis est une jolie plante vivace aux fleurs jaune d’or qui pousse sur les bords des chemins et dans les prés ensoleillés. Au moyen âge, les doctes savants lui avaient donné le nom de Fuga doemonium ( chasse diable) parce qu’ils lui attribuaient le pouvoir d’éloigner les esprits diaboliques ainsi que les sorcières (et aussi le mauvais temps). Or au Moyen Âge, la dépression et les autres troubles mentaux étaient considérés comme des formes de possession diabolique.

Le millepertuis est utilisé pour ses propriétés thérapeutiques depuis plus de 3000 ans.

Il a d’abord été employé en usage externe pour la guérison des plaies. Puis, et des écrits de Dioscoride,  Galien, Pline l’Ancien, Hippocrate et bien plus tard de Paracelse l’attestent usages externes et usages internes sont en vogue : le baume et l’huile de milleprtuis sont utilisés pour le traitement des brûlures  ou des morsures de sepents venimeux, et le traitement des plaies.

Enfin, pendant des siècles, des médicaments à base de millepertuis, ont été utilisés pour le traitement de la névralgie du sciatique, de l’énurésie, de la dépression, de l’insomnie, et des troubles de l’humeur associés à la ménopause.

Les ressources

Ameyo_Malm ressources_sophro-analyse-des-mémoires-prénatales-de- la-naissance-parisIl n’y a pas de hasard dans l’histoire de l’homme ou de la femme que nous devenons.
Le chemin sur lequel nous effectuons le parcours de notre vie est tracé d’avance. Il n’est pas question, ici, d’une destinée qui s’imposerait à l’être et à laquelle il se soumettrait inéluctablement. Car chacun détient le pouvoir de transformer ce chemin en sentier étroit s’il appartient à la catégorie des sujets passifs, s’il fuit la réalité, pire, s’il la refoule….
Mais on peut également transformer ce chemin de départ en voie royale, en prenant conscience peu à peu de tout ce que l’on a reçu de ses parents d’abord, puis de tout ce que l’on a vécu ensuite.
Alors, les souffrances peuvent devenir des expériences positives, des ressources, des richesses si l’on sait en tirer les bénéfices. Pour y parvenir, il faut passer à l’activisme, enfourcher le cheval de l’action, prendre sa vie en main.
Se connaître soi-même permet de marcher d’un pas plus assuré sur le chemein de la découverte d’autrui.
© 2013 Ameyo MALM-AGENA@Thérapies globales