Mémoires utérines

L’utérus garde en mémoire les impacts des événements passés, de vécus agréables ou difficiles. Réceptacle universel, il garde aussi en mémoire des traces des générations passées, notre corps réagissant, sans que cela soit conscient, par exemple à une ancêtre morte en couche, rendant impossible la mise au monde d’un enfant, alors que médicalement, rien n’est à signaler.

De même, lorsqu’un avortement est vécu dans la négation (non à l’enfant, non à la situation, non au partenaire), ce négatif reste bloqué dans l’utérus même quand l’enfant est parti. Il en va de même pour les empreintes laissées par des abus sexuels.

Les émotions stockées empoisonnent de l’intérieur et créent des pathologies qui vont finir par se voir à l’extérieur. Nos mémoires douloureuses laissent des traces et des marques jusque sur nos visages, dans nos regards, ces mémoires font qu’une distance s’installe entre nous et les autres, et ce n’est pas forcément cette distance que nous désirons, ce n’est pas celle-là, la « bonne » distance. Dans cette distance, la peur a pris place, peur du contact, de l’intrusion, que l’autre vienne prendre à nouveau.

L’utérus est l’endroit privilégié dans le corps d’une femme où des années d’émotions négatives vont s’accumuler et empoisonner l’organisme féminin de l’intérieur. Les problèmes de l’utérus, comme les règles douloureuses, les pertes vaginales, le papillomavirus, les fibromes ou le cancer, sont des manifestations de cet empoisonnement intérieur. D’un point de vue médical, ces maladies sont considérées comme normales. Mais d’un autre côté, vivre en étant malheureuse, négative et pessimiste est une attitude qui montre à quel point la femme est déconnectée de son potentiel féminin.

Un travail de nettoyage et de libération des mémoires est nécessaire. Nettoyer les mémoires de ce lieu signifie traverser la douleur, ses empreintes encore vivantes et vibrantes au plus profond de nous. Certaines femmes que j’ai accompagnées dans ce processus conscient de libération me témoignaient que cela modifiait complètement leur sang des menstrues : l’écoulement, la couleur, l’odeur et la consistance. Il arrive qu’au cours de la clarification d’une mémoire douloureuse, le sang soit très foncé, qu’il ait une odeur de vieux sang. Par cet émonctoire, le corps indique qu’il évacue cette « vieille chose ».
L’utérus n’a pas seulement pour fonction de mettre au monde des enfants. Reliées à cette énergie inépuisable de création, il nous offre la possibilité d’enfanter de projets, de les garder en gestation en nous pendant un temps, puis de les mener à terme. Ce qui sort de nous, de notre créativité, est chargé de cette force de vie. Et c’est bon, de créer du vivant. Cela rend vivante, présente à la vie qui nous ensemence lorsque nous nous offrons à elle.

Pour rétablir le féminin en nous et le libérer, il n’y a pas d’autre possibilité que de nous relier à notre puissance féminine, à notre potentiel féminin, à notre sacré.

© 2018 Ameyo MALM-AGENA@Thérapies globales

INTIMITE

Intimité_therapies_globales_paris_ameyo_malm_vibrations_sexuellles jpg Prêtez attention avec qui vous partagez votre énergie intime. L’intimité à ce niveau entrelace votre énergie aurique avec l’énergie aurique de l’autre personne.

Ces connexions puissantes, aussi insignifiantes que vous pensez qu’elles soient, laissent des débris spirituels, en particulier dans l’aura des personnes qui ne pratiquent pas tout type de nettoyage, physique, émotionnel ou autre.

Plus vous interagissez intimement avec quelqu’un, plus profonde est la connexion et plus son aura est liée étroitement à la vôtre.
 Imaginez l’aura confuse de quelqu’un qui couche avec plusieurs personnes et qui transporte autour d’elle ces énergies multiples ?
 Ce qu’il ne réalise pas, c’est que les autres peuvent ressentir cette énergie qui peut repousser l’énergie positive et attirer l’énergie négative dans sa vie.

« Je vous invite à ne pas couchez pas avec quelqu’un que vous ne voudriez pas être. »

La sexualité est la source de la vie, la source de la créativité . C’est aussi votre 1er et 2eme chakra. La sexualité est votre relation avec la Terre Mère, avec votre part divine, votre part féminine. Que ce soit pour l’homme ou pour la femme. Vous êtes un corps énergétique, et lors de vos rapports sexuels vous allez venir mélanger votre énergie avec celle de votre partenaire. Ce qui veut dire que tous les problèmes émotionnels de votre partenaire vont venir se mélanger avec votre champ d’énergie. Ce qu’il faut savoir c’est que lorsque un homme éjacule dans une femme, son énergie y reste pendant quasiment six mois. La femme porte en elle cette énergie sexuelle. mais elle va aussi prendre toutes les énergies des précédents partenaires de l’homme, donc toutes les mauvaises relations qu’il aurait pu avoir dans les mois passés…Il en va de même pour l’homme, qui lui, prendra toutes les énergies mauvaises des anciens partenaires de la femme.

Tout est Fréquence. Toute fréquence, en fonction de la résonance émise, se nourrit d’une énergie par effet d’attirance. La fréquence de l’amour va attirer et par conséquent se nourrir de sentiments fraternels, de compassion, de tendresse et va rejeter tout les dérivés de la peur. A contrario, la peur attirera et se nourrira d’énergies basses, telles : le doute, la haine, la jalousie, le manque d’estime, le dégoût etc….Le microcosme est a l’image du macrocosme et inversement.

La sexualité est une connexion directe avec le divin. Honorez la.

© 2016 Ameyo MALM-AGENA@Thérapies globales